Rechercher

Les mémoires de José Carujo « VIEUX MILLÉSIMES »


Patrícia viendrait apporter à manger pour le déjeuner. Alors je suis descendu à la cave pout prendre une petite bouteille. J’ai pris un « Grande Escolha » de la Quinta do Côtto de l’année 2000. Un vin que l’on sort pour de grandes occasions… Par précaution, je l’ai goûté avant de le servir et il m’a semblé bon. Ensuite, en le buvant avec plus de volume en bouche nous avons constaté la finesse des tannins, une belle acidité avec des notes d'épices intenses, de fruits rouges très mûrs et un léger fumé. Il nous a semblé excellent. En tant qu’ancien importateur j’étais satisfait du résultat. Patrícia a envoyé une photo à Miguel Champalimaud avec un petit commentaire qui lui a fait très plaisir.

De mon côté, j’ai téléphoné à Luís Lourenço, propriétaire de la Quinta dos Roques pour lui dire que nous avions bu ce vin de 2000. Luís m’a dit qu’il avait un millésime encore plus ancien (de 1994 !) qui avait fait un tabac au Danemark lors de la commémoration du 25ème anniversaire du restaurant « Kokkeriet », étoilé Michelin, à Copenhague.

Il ne s’agissait pas du « Reserva », ni du « Garrafeira », ses vins haut de gamme, mais bien de son millésime de base, le Rouge « Colheita » 1994 !

Son importateur a demandé à Luís s’il en avait encore 120 bouteilles. Il les avait en stock, en a ouvert une pour goûter, l’a trouvé bon et… c’est parti. Un grand succès sur place car parmi les invités il y avait beaucoup de sommeliers et de chefs ayant travaillé chez « Kokkeriet » et certains d’entre eux ont demandé où ils pourraient trouver un tel vin.

Le magasin « Vinho » à Copenhague, créé par des danois, vend exclusivement des vins portugais. Au sujet du Quinta dos Roques Colheita Tinto 1994 il a fait paraître dans la presse locale l’article suivant avec le titre :


Vin ancien avec une grande complexité gustative

Ici, nous avons quelque chose qui ne peut certainement pas être qualifié de nouveauté : une Colheita rouge originale de 1994. C'est la Quinta dos Roques du Dão qui est derrière ce vin. Si vous vérifiez leur version actuelle de ce vin, nous écrivons simplement qu'il a un potentiel d'économie beaucoup plus grand que vous ne le pensez pour un vin qui coûte environ 100 couronnes (comme 2017), mais maintenant nous pouvons le prouver.

Le vin a été servi pour le 25e anniversaire du restaurant Kokkeriet au mois de novembre 2019 et les commentaires étaient clairs :

Un vin incroyablement frais et vibrant, même après 25 ans.

Bien sûr, on sent que c'est un vieux vin. Il est devenu un peu terne en couleur par rapport à la jeune Colheita. Il a une couleur fauve avec un noyau rouge grenade et un anneau aqueux sur le bord. Mais quand vous le mettez dans votre nez, vous ressentirez une ouverture fruitée avec un parfum propre et épicé, avec une touche animale de sang et d'étalon mouillé. Développement de parfum très impressionnant avec des arômes primaires, secondaires et tertiaires. Le fruit que vous obtenez dans votre nez a des notes de canneberges et le vin donne clairement une impression de sol forestier. Le vin est sec et avec une acidité moyenne. Les tanins sont extrêmement bien polis - vous avez certainement l'impression que beaucoup de temps a été passé avec du papier de verre grain 200. Le corps est large et précis, avec une belle sensation au milieu de la bouche. Il a une intensité de saveur moyenne mais en retour une complexité de saveur élevée. Le fruit tend vers la mûre et la sensation végétale du nez remonte en bouche, avec une touche d'herbe fraîchement coupée et de cèdre. Honnêtement, dans l'arrière-goût, vous obtenez cette sensation de boîte à cigares dans le long arrière-goût qui, en plus du cèdre, se caractérise également par l'acide que nous n'avions pas initialement perçu comme si élevé. Nous ne pensons pas que cela sera perçu comme un vin de canard classique, mais nous pensons certainement qu'il peut accompagner un canard cuit classique, avec un accompagnement aigre-doux - jusqu'aux pommes de terre rissolées - mais surtout s'il y a aussi du chou rouge et Asiatique.

Une autre option est de le servir avec un dos d'animal assaisonné de baies de genièvre, d'ail et de poivre noir. C'est un vin qui fonctionne bien avec la complexité de la nourriture car sa propre complexité gustative est très élevée.

« Vinho » a ajouté la fiche technique que voici :


Appellation d'origine contrôlée : DÃO


Millésime très sec, avec un effet cumulatif des années précédentes sur le stress

de sécheresse.

Récolte par beau temps malgré quelques pluies qui n'ont pas compromis la santé et la maturité des raisins.

Cépages : Touriga Nacional (40%), Alfr